Essais de pâte brisée

Après une mauvaise expérience dans le passé (l’essai de pâte brisée finit à la poubelle!), je refais un essai, et cette fois-ci il s’avère étonemment facile:

Recette de base: (tirée de “Marmiton” vidéo)

250 gr de farine
125 gr de beurre
1 jaune d’oeuf
50 gr d’eau
Sucre, sel selon type de pâte

Voici le premier essai, avec farine mi-blanche, pour quiche salée:

20130427-153717.jpg

Après avoir abaissé la pâte, je la transfère sur une feuille de papier sulfurisé, avant de la poser sur le moule:

20130427-154100.jpg

Il s’agit d’une quiche aux épinards frais, au saumon frais et fumé, avec échalottes, gruyère rapé et parmesan. Truc: le blanc d’oeuf non utilisé pour la pâte brisée est battu en neige, et incorporé à la liaison, pour un résultat plus aéré. Délicieux!

20130427-154147.jpg

Puis un essai avec pâte sucrée et farine d’épautre: délicieux, les grains crissent délicatement sous la dent, la pâte a un bel aspect.

20130427-154418.jpg

Enfin, pâte salée pour cette quiche aux asperges:

20130427-154519.jpg

La liaison a été faite avec :

2 oeufs
125 ml de demi -crème
1/2 cup de lait en poudre
un peu de lait écrémé

Enfin, des empanadillas avec thon en boîte, olives noires et poivrons rouges en petits dés: ça marche aussi, et Sarita peut m’aider à les faire, grâce au gadget à empanadillas acheté à Madrid:

20130427-155301.jpg

Autre essai avec du séré à la crème :

20130428-064811.jpg

Ingrédients:

250 gr de farine avec 1/3 farine complète, 1/3 épautre, 1/3 mi-blanche
50 gr de beurre
50 gr de séré à la crème
50 gr d’eau
Sel

La pâte est un peu plus souple à la sortie du frigo que avec 100% de beurre

20130505-172139.jpg

Cette tarte au pommes est faite avec une pâte “allégée”

250 gr de farine d’épautre
62,5 gr de beurre
62,5 gr de séré maigre
1 oeuf
1 càs de sucre (ici du jagery)
Une pincée de sel

pour la touche finale de glaçage, j’ai mélangé un peu de beurre fondu, de miel et de confiture d’oranges, et j’ai appliqué au pinceau, vers la fin de la cuisson. Résultat brillant, mais qui a fondu en fin de cuisson. la prochaine fois, il faudrait essayer de l’appliquer lorsque la tarte est déjà sortie du four, presque tiède.
Sous les pommes, j’ai mis un mélange de compote de pommes et de noisettes moulues. En effet, les pommes “glissent” moins que avec compote seule, mais le goût de noisettes domine un peu trop. Essayer une autre fois avec poudre d’amandes?

Tarte pêches-fraises à ma façon:

Voici encore une tarte aux fruits faite avec la pâte brisée à l’épautre, version sucrée (avec une cuillérée à soupe de sucre dans le mélange de la pâte). Pas de sel du tout, mais ça ne pose pas de problème.

Dans l’ensemble assez réussie, j’en tire quelques enseignements:

– Les pêches (3 pièces) n’étaient pas assez mûres, plutôt dures et presque acides. Mais après la cuisson elles étaient tendres et fondantes, et avec le glaçage le goût était doux et parfumé.

– Sous les fruits, j’ai mis un mélange composé de 2 càs de poudre d’amandes, 2 càs de chapelure et 2 càs de sucre roux, plus 1 càc de canelle ( la prochaine fois un peu plus?). Les quantités et la texture convenaient parfaitement.

– Pour le glaçage j’ai mis de la confiture pêche-fruit de la passion “satin”, environ 2 càs, légèrement fondues au micro-ondes. Je l’ai appliqué au pinceau, 10 min environ après la sortie du four. De cette façon, le glaçage ne fond pas, reste sur les fruits.

– Quelques amandes effilées, posées sur le gâteau avant d’aller au four, qui grillent (un peu) pendant la cuisson, et apportent une variété de texture.

20130825-172155.jpg

20130825-203931.jpg

Les quantités de pâte brisée suffisent juste pour le moule rectangulaire. Ne pas oublier de bien fariner la natte plastique; j’ai eu quelques difficultés à décoller la pâte! Je procède en la recouvrant d’un papier sulfurisé, puis en posant le moule retourné dessus, et enfin en saisissant le tout à deux mains et en le retournant comme une omelette espagnole.
20140916-064441-24281055.jpg

Advertisements

Une errance culinaire entre paella et idlis

Ce blog a pour objectif modeste de regrouper mes errances culinaires entre l’Espagne (le pays de mes parents) la Suisse (le pays où je vis) et l’Inde (le pays de mon mari), motivée par mon insatiable curiosité, et le besoin pratique de réconcilier à table les différents besoins des uns et des autres.
C’est un voyage entre l’Occident non végétarien et l’Orient végétarien, mais aussi entre mes recettes familiales espagnoles (la paella et la tortilla espagnole) et les merveilleuses rencontres que j’ai fait en explorant le web, avec notemment la découverte du sourdough ou levain, qui m’a ouvert les portes du monde du pain.

Pour commencer, la recette des Idlis, une recette emplématique du sud de l’Inde d’où vient mon mari Chandra, que je ne maîtrise pas encore, mais j’ai l’espoir d’y arriver grâce aux précieux enseignements de Sharada, sa mère.

20130421-064853.jpg

Recette des idlis selon Sharada :

1 cup d’urad dahl
3 cup semoule de riz (rava)
Une poignée de poha

Mettre à tremper recouvert d’eau dans un bol le dahl avec le poha, et dans un autre bol le rava, pendant 1 à 3 heures.

Dans le grinder, moudre d’abord le dahl avec le poha jusqu’à consistance crémeuse (environ 10 minutes), le retirer puis moudre le rava, environ une minute.

Incorporer les deux, bien touiller à mains nues puis laisser fermenter à température ambiante pendant 24 h.

Dès que des bulles aparaissent, mettre au frigo ou utiliser.

Pour faire les dosa, remplacer le rava par de la farine de riz. Mélanger la farine avec l’eau jusqu’à consistance crémeuse, puis incorporer le mélange dahl plus poha. pas besoin de moudre la farine.

20130421-065944.jpg